Groupe de communication

  • Créer un contexte favorable à l’expression, à la communication et à l’échange. Le local et son aménagement ont leur importance ;
  • Trouver sa place dans le groupe, oser prendre la parole ;
  • Viser à l’épanouissement personnel, au mieux-être, par la possibilité de « dire avec ses mots » ;
  • Dans l’atelier, amener le bénéficiaire au respect de soi et de l’autre :
  • Laisser la parole à tous ;
  • Etre attentif à respecter le tour de parole ;
  • Ecouter celui ou celle qui s’exprime ;
  • Accepter le rythme de chacun ;
  • Avoir la possibilité de garder le silence ;
  • Construire ensemble un code déontologique garantissant l’aspect confidentiel, de tout ce qui se dit. Une personne se confiant au groupe peut choisir d’en parler à l’extérieur de l’atelier mais ne peut, en aucun cas, faire part de ce que les autres ont partagé De plus, les bénéficiaires sont avertis que si les accompagnants du groupe détectent, dans leurs propos, des signes laissant à penser que le bénéficiaire pourrait être un danger pour lui-même ou pour autrui, ils devront en avertir le staff. Des dispositions seront alors prises pour aider et soutenir la personne en difficulté ;
  • Apprendre à faire confiance et à considérer le groupe comme un endroit où l’on peut venir « déposer » ses joies, ses peines et faire part de ses besoins ;
  • Travailler la relation à soi et à l’autre à travers différents thèmes : ceux-ci sont soit proposés par les accompagnants, soit amenés par les bénéficiaires. A noter que nous restons souples et que nous pouvons changer le thème du jour en fonction de faits marquants de l’actualité ou d’un besoin urgent de l’un ou l’autre des participants ;
  • Favoriser les échanges et tirer profit des divergences d’opinion et de sensibilité. Les débats sont souvent constructifs ;
  • Rappeler que si, en effet, tous ont des droits que l’on doit respecter, ils ont aussi des devoirs ;
  • Encourager la vision positive des choses de façon régulière : apprendre à d’abord dire ce qui va bien plutôt que ce qui ne va pas ;
  • Développer l’envie de communiquer en dehors de l’atelier sur des thèmes sortant du cadre de la confidentialité, bien sûr ! Le but étant le transfert des acquis vers l’environnement familial, le groupe d’amis qui ne fréquentent par le service etc ;
  • Pouvoir expliquer le fonctionnement de l’atelier, ses règles et certains des sujets neutres abordés à un nouvel arrivant. C’est à la fois un exercice de mémoire et une manière de se rendre compte du chemin parcouru. L’évolution de l’atelier correspond à l’évolution des bénéficiaires qui y participent ;
  • Effectuer des auto-évaluations régulières en se posant des questions sur ce que l’atelier apporte ;
  • Adapter le contenu des rencontres afin de satisfaire au mieux les besoins de chacun.

Galerie photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *